Fermer
My account
Mon panier

Quelques mois à peine après l'ouverture du restaurant Le Art, notre équipe en salle et en cuisine décroche l'étoile Michelin.

Aux commandes du restaurant gastronomique, le chef Matthieu Dupuis Baumal et son équipe relèvent chaque jour le défi d'émerveiller vos yeux et vos papilles par sa cuisine élaborée. Parfums, couleurs et saveurs de Provence au rythme des saisons.

"En cuisine et en salle, une équipe soudée qui a à coeur d'offrir le meilleur, chaque soir."

La Carte de Le Art

Les menus

Couleurs et saveurs

97 €

TOUS LES SERVICES

Le cèpe bouchon

Anguille fumée, praliné noisettes du Piémont

Sole de petit bateau

Vin rouge, texture d’oursins

LE PIGEON VOYAGEUR

Filet gratiné aux pignons de pins, cuisse confite, houmous, sauce Salmis

LE RAISIN TOUT EN FRAICHEUR, NOIX ET CASSIS

Provence vagabonde

145 €

TOUS LES SERVICES

LE CEPE BOUCHON

Anguille fumée, praliné noisettes du Piémont

TARTARE DE SOLOMILLO CINCO JOTAS

Caviar Osciètre de la maison Kaviari, sauce aigrelette

L’ORMEAU DES CÔTES BRETONNES

Velours de fenouil, fragrance iodée

LA SAINT-JACQUES DE PLONGÉE

Cuite au marc de café, betterave vivifiée aux agrumes

Sole de petit bateau

Vin rouge, texture d’oursins

LE CITRON DE NICE ET L'HUILE D'OLIVE, RAFRAICHIS AU BASILIC

LE RAISIN TOUT EN FRAICHEUR, NOIX ET CASSIS

Notre fil d'Ariane, un labyrinthe de charmes

185 €

TOUS LES SERVICES

LE CEPE BOUCHON

Anguille fumée, praliné noisettes du Piémont

TARTARE DE SOLOMILLO CINCO JOTAS

Caviar Osciètre de la maison Kaviari, sauce aigrelette

L’ORMEAU DES CÔTES BRETONNES

Velours de fenouil, fragrance iodée

LA SAINT-JACQUES DE PLONGÉE

Cuite au marc de café, betterave vivifiée aux agrumes

Sole de petit bateau

Vin rouge, texture d’oursins

LE PIGEON VOYAGEUR

Filet gratiné aux pignons de pins, cuisse confite, houmous, sauce Salmis

LE CITRON DE NICE ET L'HUILE D'OLIVE, RAFRAICHIS AU BASILIC

LE RAISIN TOUT EN FRAICHEUR, NOIX ET CASSIS

 
Avis du Guide Michelin
Aux fourneaux de cette magnifique bastide du 18e s., le jeune chef propose des assiettes audacieuses, où les notes provençales se parent de subtiles influences japonaises. Les saveurs sont franches, toujours contrôlées, et chaque recette porte le sceau d'une personnalité culinaire affirmée. Même affirmation pour les desserts inspirés de Maëlle Bruguera. Un lieu magique et une terrasse magnifique, somptueux écrin pour un feu d'artifice de saveurs, associées à une splendide carte des vins (dont ceux du château, évidemment).
Avis du Gault & Millau
Bienvenue au pays des merveilles, celui qui nous fait ouvrir grands les yeux sur les œuvres d’art contemporain disséminées un peu partout, sur les vignes alentour pourvoyeuses de vins confidentiels, sur le jardin à la française classé aux monuments historiques, sur la bastide provençale du XVIIe, sur les refuges secrets installés en pleine nature et, enfin, sur les quatre restaurants à l’univers singulier. Bienvenue au Château de la Gaude. Derrière tous ces fourneaux, un chef d’orchestre, Matthieu Dupuis-Baumal, rompu à l’exercice depuis son passage au Domaine de Manville aux Baux-de-Provence. Entouré d’une fine équipe, et notamment de Matthieu Derible pour le restaurant gastronomique Le Art, le tandem va se surpasser en allant chercher des saveurs inédites. Après de brillantes mises en bouche, on attaque un premier plat signature, l’artichaut violet en barigoule et son beurre blanc monté au yuzu, allégé au moment du service par un trait de champagne et son dôme de caviar. La pêche de ligne de Méditerranée simplement snackée façon tataki avec son aïoli d’ail noir de la Drôme et sa fleur de courgette avec un gel de gingembre et condiment de yuzu ferait presque pâle figure à côté, mais la carabineros de Huelva remet les pendules à l’heure. On la dégustera en 2 séquences, chaude flambée à la cachaça servie avec une purée de tamarin fermentée, un jus de crustacé et des feuilles de carmine en pickles et froide en tartare avec un sorbet au tamarin et une gelée. On sauce le tout avec un pain au corail de crustacé, réalisé, comme tous les pains, au fournil du château par le chef boulanger Mickaël Martinez. On continue avec cette «vision moderne d’une bouillabaisse marseillaise», où rien ne manque, mais en plus spectaculaire. Les douceurs s’annoncent avec un vivifiant citron de Nice sur un crumble à l’huile d’olive et un sorbet au yaourt rafraîchis au basilic. La cave est l’une des plus vastes de la région avec 1500 références et des prix tous azimuts. Les vins du domaine, et notamment La Treille, sont à découvrir au verre. Le service, sous le regard professionnel d’Élise Chanclou, est un ingrédient indissociable de ce moment rare.